Spoutnik V : le vaccin russe qui donne des sueurs froides à Macron et à l’Europe.

Vladimir Poutine n’aurait sans doute pas rêvé meilleur outil que le vaccin russe Spoutnik V.Car pour le maître du Kremlin, ce vaccin se révèle être un véritable couteau suisse :

-objet de fierté nationale face à des pays qui n’ont pas réussi à développer leur vaccin – comme la France

- outil diplomatique lorsqu’il s’agit de livrer des doses à des pays amis ou avec lesquels il faut défendre des intérêts économiques et géostratégiques russes 

-et outil de division de l’Union européenne en général et des anciens pays du bloc de l’Est en particulier.

Le vaccin russe apparaît être un casse-tête pour l’Europe qui hésite à l’homologuer ; Thierry Breton a assuré que « les Russes ont un mal fou à le fabriquer et [qu’]il faudra sans doute les aider » pour qu’ils fournissent leur propre population….hi hi hi …

L’Autriche envisage elle aussi de commander la semaine prochaine un million de doses du vaccin russe en tournant le dos à l’Europe..

Covid-19 : 5.000 à 10.000 décès dus au cancer, des victimes collatérales du virus, les oubliés de Veran.

Le bilan humain s'alourdit de 5.000 à 10.000 décès supplémentaires par cancer.

 Ces victimes ne seront cependant pas dues directement au virus, mais au cancer, dont les nouveaux atteints ne se sont pas fait dépister pendant le confinement.

C’est un cri d’alarme du monde médical : le Covid-19 ne doit pas empêcher de soigner les autres pathologies.

Et pourtant depuis 1 an le ministre de la santé cache cette monstruosité  ,l'absence de soin pour les autres pathologies.

2020/2021, plus de 2 milliards d’économie , une belle affaire pour les caisses de retraite et les mutuelles.

À la date du 15 janvier, 667 400 décès toutes causes confondues ont été enregistrés en 2020 en France, soit 9% de plus qu’en 2018 ou 2019.

Sur l’ensemble de l’année, l’excédent de mortalité par rapport à 2019 est donc de 53 900 décès par Covid .

Sanofi a raté son sprint, devancé dans cette course effrénée par la plupart des Big Pharma et biotechs.

Au mieux le vaccin Sanofi sera prêt pour la fin de l'année 2021. D'ici là des milliers de morts attendus par le manque de 200 millions de dose.

Leader mondial concernant les ventes de vaccins pédiatriques et grippaux et numéro trois tous vaccins confondus, Sanofi a raté son sprint, devancé dans cette course effrénée par la plupart des Big Pharma et biotechs.

Résultat : les deux vaccins sur lesquels travaille le groupe dirigé par le britannique Paul Hudson ne sont attendus que pour fin 2021.

Le plus avancé, celui à base de protéine recombinante mis au point avec le mastodonte britannique GSK et dont l’Union européenne a commandé 200 millions de doses, aurait dû être disponible à la fin du printemps sans une erreur de sous-dosage de l’antigène du vaccin.

«L’art de dépenser l’argent public» en régalant les fraudeurs qui assèchent notre protection sociale .

L’essor du télétravail, lié à l’épidémie de Covid-19, a rendu les entreprises, les ministères, les collectivités davantage vulnérables face aux hackers.

Les pirates se servent des ordinateurs personnels des salariés pour entrer dans les réseaux fragiles.

Les employés naïfs submergés par des masses de mail baissent la garde et cliquent à tout va.

Depuis le mois de mars, la plateforme publique cybermalveillance.gouv.fr, qui aide entreprises, collectivités et particuliers à se défendre face aux attaques informatiques, a vu sa fréquentation augmenter de plus de 300 %. « Pendant le confinement, on a constaté une forte hausse d’actes de malveillance contre des grandes et petites entreprises, notamment de ransomware », explique Jérôme Notin, directeur général de la plateforme.

Ces « rançongiciels » s’attaquent à un ordinateur ou un réseau informatique, cryptent les données et les « prennent en otage ». Un message s’affiche sur l’écran des ordinateurs, indiquant le montant à payer pour retrouver l’accès aux fichiers dérobés.

Le télétravail, un terrain fertile.

Le télétravail s’est révélé un terrain fertile pour ces attaques. « Les cybercriminels sont passés par les machines personnelles des salariés pour se connecter au réseau », constate Jérôme Notin.

Les ordinateurs personnels, transformés du jour au lendemain en outils de travail, ne disposent pas de logiciels aussi efficaces que ceux des postes de bureau pour bloquer un virus ou détecter un risque.

Personne n’est à l’abri.

Le Centre hospitalier Albertville-Moûtiers, en Savoie, a été victime d'une cyberattaque. Elle a endommagé ses serveurs informatiques. Dès la détection de l'attaque, l'ensemble du réseau informatique de l'hôpital a été mis à l'arrêt, rendant impossible l'accès aux dossiers médicaux des patients et aux dossiers de soin. « C'est très compliqué pour tous les services, nous sommes confinés informatiquement et ça risque de durer », explique un agent de l'hôpital.

 

OUI à une écologie raisonnée et responsable. NON à une écologie punitive et intégriste à la lyonnaise..

Blog l'Equipe .
.https://blog.lequipe.fr/histoire/25-juin-1947-lequipe-relance-le-tour-de-france/

Covid 19 …….Une partie des médias, et c’est sans doute le plus terrible, ne joue pas son rôle démocratique, bien au contraire. Certains se comportent comme les chiens de garde du pouvoir délégitimant tous ceux qui n’épousent pas le discours officiel.

Qu’il faille des mesures sanitaires, notamment les gestes barrières, est une évidence: il n’est pas question de laisser mourir quiconque de façon délibérée.

Et de souligner les conneries du docteur Axel Kahn, le 6 octobre sur France Culture, qui a même été jusqu’à se montrer admiratif de l’efficacité du modèle chinois. Pour lui « face à une pandémie, c’est un inconvénient d’être dans une démocratie et encore plus dans une démocratie contestataire ».

Et il continue à en parlant  dans les médias « L’arme absolue contre le virus, le confinement, le confinement complet, total, prolongé »

Pourquoi l’administration a-t-elle souvent rajouté une couche d’interdits absurdes aux recommandations déjà contestables des scientifiques comme l’interdiction de transporter des instruments de musique dans le Morbihan à cause de la Covid ?

Avant le Covid ,nous avons pris l’habitude de vivre dans une société sans risque, nous devons maintenant apprendre à vivre avec.

La Voix du Nord.fr

Les folies des nouveaux maires écolos de 2020 : leurs obsessions, leur idéologie, leurs dégâts……..

Des exemples qui illustrent des dérives ;

-Le maire Bordeaux supprime les sapins de Noel. Le  jeudi 10 septembre 2020, le maire EELV Pierre Hurmic s’est opposé à la venue “d’arbres morts” pour décorer les places bordelaises lors des fêtes de fin d’année.-

-Le nouveau maire EELV de Lyon Grégory Doucet n’aime pas le Tour de France ‘’machiste et polluant’’.

Le  Tour de France est le dernier grand événement sportif gratuit, populaire et accessible à tous qui incarne la France des territoires.

Le Tour de France c'est la fete du vélo depuis 117 ans sans  EELV.Depuis sa  création en le 19 janvier 1903 ll fait aimer le vélo .

«Laissez donc le Tour de France tranquille! Voici le vrai visage de l'extrême gauche la plus sectaire et bête du monde qui a pris de grandes villes sous un masque écologiste», a lancé le député LR Eric Ciotti sur Twitter.

-Le maire écologiste de Lyon Grégory Doucet a refusé de prendre part à la cérémonie de renouvellement du Vœu des Échevins, contrairement à ses prédécesseurs. L’histoire chrétienne de Lyon bafouée et piétinée..

Cette attitude traduit une montée des communautarismes religieux et un raidissement du pouvoir vis-à-vis du catholicisme.

 -Michèle Rubirola, nouvelle maire de Marseille, va, elle, devoir faire face à la grogne des policiers municipaux. « Elle veut nous désarmer et débrancher les caméras de vidéosurveillance. Vous allez voir comment la délinquance, comme à Grenoble, va exploser », rouspète une policière.

-Les nouveaux élus écologistes vantent le principe de sobriété mais augmentent leurs indemnités selon eux insuffisantes.

C’est le cas du nouveau le président de la métropole lyonnaise EELV qui a décidé de rehausser de 1 000 euros les indemnités de ses vice-présidents une augmentation de 37 %. 

Lyon et la Métropole, pour faire de l'écologie un repoussoir, une écologie punitive sur fond d'idéologie

Remaniement, Convention citoyenne, diplomatie… Le chef de l’Etat multiplie les chantiers comme pour esquiver les résultats du scrutin.

« Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire. » Le désormais illustre théorème de Pasqua, du nom de l’ancien ministre, pourrait très bien avoir traversé l'esprit d’Emmanuel Macron.

 La crise du siécle est un naufrage pour la France.

3 985 poursuites contre des élus locaux.

Copyright SMACL .

 La prise de conscience des enjeux écologiques par la population est actée, mais l'écologie punitive n'a pas d'avenir, d'autant plus si elle dissimule une idéologie progressiste favorable à la dissolution de l'occident dans un magma multi-ethnique qui n'aboutira qu'à l'instabilité sociale.

Ces élus EELV l'ont pourtant été sans cacher leurs intentions .

Colomb et Kimefeld  avec le concours de petits caporaux locaux , sur fonds de querelles, nous ont conduits dans le mur.Ca va se payer casch.

Ainsi fonctionne le grand jeu de dupe démocratique : un contrat biaisé entre le peuple et son représentant, perturbé par la manipulation médiatique, la démagogie des candidats, la dictature de l'image et des phrases choc, et surtout par la vacuité de nombre d'électeurs conditionnés pour ne plus voter que par des émotions.

A  Marseille, le nouveau maire veut désarmer les policiers municipaux, une mesure qui n'a d'écologique que le nom et n'améliorera pas la sécurité de l'une des villes les plus dangereuses de France.

…..

 

Si chaque habitant de la planète vivait comme un Lyonnais, il faudrait environ 3 planètes pour répondre de manière pérenne et soutenable aux besoins de l’humanité (Source : Observatoire métropolitain du développement durable, novembre 2018)

Remaniement, Convention citoyenne, diplomatie… Le chef de l’Etat multiplie les chantiers comme pour esquiver les résultats du scrutin.

« Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire. » Le désormais illustre théorème de Pasqua, du nom de l’ancien ministre, pourrait très bien avoir traversé l'esprit d’Emmanuel Macron.

 La crise du siécle est un naufrage pour la France.

Trois ans, quatre crises : Emmanuel Macron, le plus maudit des présidents

Jour après jour, la crise sanitaire du Coronavirus se transforme et devient une crise mondiale.

Plus qu’un virus, la crise du coronavirus est une expérience de décroissance et de démondialisation accélérée.

Le mouvement est d’une violence incroyable que l’on doit pouvoir comparer à une entrée en guerre.

Les frontières se referment, les personnes ne peuvent plus circuler librement, le couvre-feu est imposé .

Qui va payer la reconstruction ?

Bien évidemment, à situation de guerre, budget de guerre. On va mettre en œuvre un budget de guerre pour essayer de maintenir un semblant d’activité et pour reconstruire.

Mais qui va payer ? L’inflation monétaire ne va t’elle pas se traduire en inflation des biens et services ? Qui va prêter de l’argent au monde ? Les martiens ? Tout les pays du monde ne peuvent créer de l’argent en même temps, sans contrepartie. Il faut trouver un créancier ?

Qui sera ce créancier ? Je crains que ce soit vous, les épargnants. On va vous taxer votre patrimoine, vous spolier par l’impôt pour financer ce budget de reconstruction de guerre.

Les états sont déjà sur-endettés ; On ne va pas pouvoir mobiliser un budget de guerre sur la seule solvabilité de États.

 Les épargnants vont être mis à contribution de manière directe ou indirecte.

Drôle d’époque…les chefs d’états capitaines de navire ont perdus le cap, ils laissent les matelots écoper les fonds des cales de navire.

Chacun pour soit ……..

Des «gilets jaunes» au coronavirus, en passant par l'affaire Benalla et les retraites... Aucun prédécesseur du président, sous la Ve République, n'a affronté un tel continuum de contestations et d'épreuves pendant ses trois premières années à l'Élysée.

Emmanuel Macron l'avait pressenti, devant la pyramide du Louvre. «Ce ne sera pas tous les jours facile, je le sais. La tâche sera dure», concédait le plus jeune candidat élu président de la République, le 7 mai 2017. Mais ce soir-là, l'euphorie du triomphe, porté par un parti juvénile, emportait tout : «Ce que nous avons fait, depuis tant et tant de mois, n'a ni précédent, ni équivalent». «Ni précédent, ni équivalent»... Trois ans après, ce «jamais vu» a fini par devenir la loi de son quinquennat, heurté par des mouvements de contestation sans précédent et des épreuves historiques, des «gilets jaunes» à l'épidémie mondiale de coronavirus.

Il affirme qu’elle a comporté des « mécanismes de folie » et qu’en ayant fait une confiance aveugle aux médecins, il y a eu de la part du pouvoir un « abus d’autorité ».

Selon lui, « les gens se sont fait avoir par les médias, les médecins et le pouvoir ». Pour le philosophe, en ayant fait une confiance aveugle aux médecins ou à tout responsable médical, n« On les a tous considérés comme les « sachants ».

 Les politiques n’ont cessé de nous dire « nous nous remettons à ceux qui savent », et nous avons nous-même considéré qu’ils savaient » ,

« Or, les scientifiques les plus sérieux savaient qu’ils ne savaient rien », explique-t-il, pointant le fait que la médecine n’est « pas une science dure […] et que la bagarre domine entre les médecins ».os gouvernants ont fait preuve « d’abus d’autorité », estime-t-il.

Une atmosphère de terreur »

Bernard-Henri Lévy dénonce également les « arguments d’autorités insupportables » employés dans les médias par les responsables politiques et les autorités sanitaires. Le philosophe fait notamment allusion au décompte « terrifiant » des morts quotidiens. « Il y a eu une espèce d’atmosphère de terreur générale qui a été je crois une mauvaise action », regrette BHL. « Ce n’est pas comme ça qu’on affronte une pandémie », estime-t-il, justifiant ainsi le titre de son nouveau livre Ce virus qui rend fou.

Coronavirus : le confinement provoque une crise sociale mondiale. Le France n’est pas épargnée.

Partout à travers la planète, le confinement de plusieurs milliards de personnes est en train de provoquer un gigantesque choc social.

La première répercussion visible se trouve dans les soupes populaires et les banques alimentaires.

 Des millions de personnes qui vivaient sans réserve financière ont basculé en même temps, soudain sans ressources.

En France, aux Restos du cœur, « on voit arriver une population nouvelle debénéficiaires : des personnes hébergées dans les hôtels ou les centres sociaux, ou bien qui vivent dans des squats ou des bidonvilles », décrit Patrice Blanc, son président.