A qui fait donc peur l’éventuelle candidature de Zemmour ?

Samedi soir sur France 2, l’éditorialiste a tourné autour du pot concernant une éventuelle candidature à la présidentielle 2022. Il affirme vouloir «choisir son moment» pour annoncer sa décision.

Mais «j’ai envie parce que je pense que la France est dans un état absolument lamentable, que la France que j’aime, que j’ai aimée, est en train de disparaître, et je n’ai pas du tout envie de cela», a poursuivi l’éditorialiste. Qui a ensuite déroulé ses habituelles outrances, inspirées notamment par la théorie complotiste du «grand remplacement» (de la population européenne par une population immigrée). Il va même jusqu’à estimer qu’«appeler son enfant Mohamed, c’est coloniser la France». Les concernés apprécieront.

Attention Zemmour ce n'est pas Coluche .

 

Bruno Bernard, président fossoyeur de la Métropole de Lyon un dictateur peint en vert ?

TRIBUNE. "Métropole de Lyon : et si on arrêtait la casse avec le nouvel exécutif ?"

44 maires de la Métropole de Lyon, ainsi que des conseillers métropolitains et municipaux, dénoncent "un exécutif écolo sûr de lui-même, qui agit pour des intérêts partisans et une vision dogmatique sans chercher à comprendre les besoins réels des habitants et les attentes des populations de nos communes". 

"La Métropole de Lyon, créée par la loi MAPTAM en 2015 et présentée comme 'l'avant-garde de la métropolisation' se révèle être un colosse aux pieds d'argile, une entité désincarnée sans lien avec les territoires qui la composent, oubliant son histoire et son contrat originel. Nous, maires et élus de la Métropole de Lyon et de ses 59 communes, dénonçons le mépris de Bruno Bernard, président de la Métropole, et de son exécutif, qui est symptomatique d'une collectivité déséquilibrée, construite à l'envers, dont le modèle institutionnel incite à une gouvernance aveugle et verticale contre les communes et sans les citoyens.

L'écologie punitive téintée aux parfums de dictateur .

Marseille : avant le plan Macron, les milliards d'euros déjà injectés dans la ville par les précédents gouvernements.

Une bonne facon de depenser l'argent de nos impots .

 

-10 mars 2008:Nicolas Sarkozy promet des aides économiques.

-Aout 2011,100 fonctionnaires de police supplémentaires et 39 fonctionnaires de police judiciaire sont affectés à la ville.

-Septembre 2012 : Jean-Marc Ayrault veut "sortir Marseille de ses difficultés». Une nouvelle zone de sécurité prioritaire voit le jour dans les quartiers sud et 205 policiers et gendarmes supplémentaires sont annoncés dans la région.

-8 novembre 2013 : Jean-Marc Ayrault annonce 3 milliards d'aides.

-29 mai 2015:Manuel Valls mobilise des centaines de millions.

-9 décembre 2016:François Hollande promet 65 millions.

-15 février 2021:Gérald Darmanin annonce 300 policiers. supplémentaires

Réactions en ligne .

66MILADIOU 

comme en Haiti, des milliards de dons, et toujours des cabanes en tôles, mais les assos ont de nouveaux 4/4..

jefdum09 

ou sont passés tous ces milliards ??? dans la paix sociale?? ou des caisses,,,,,,,,?

 

 

 

Un Afghan exfiltré en France, présumé proche des talibans, placé sous surveillance L’homme a admis son appartenance au mouvement et reconnu avoir porté des armes.

« Le gouvernement doit expliquer aux Français ce qui empêcherait d’expulser en urgence absolue ces individus », a réagi sur Twitter Xavier Bertrand, candidat de droite à la présidentielle. « Le droit doit s’adapter aux besoins de notre sécurité. Pas l’inverse ».

christiangelina posté le 23 août 2021 à 22h16

Déjà 3 talibans accueillis en France et mis sous surveillance selon le Monde... ça commence très fort !

En fait ils sont déja 5...

Les cinq sont sous « surveillance de la DGSI » et font l’objet de mesures de « restriction de liberté », a précisé le ministre .

Les assassins plaident la folie et sont exonérés de toute peine avec une mise en liberté assurée. Notre justice porte en elle les germes de la révolte des citoyens.

Les psychiatres sur la sellette. N'est-il pas de leur responsabilité d'évaluer la dangerosité d'un homme ou d'une femme, et de prendre les précautions nécessaires pour protéger la société ? Doit-on laisser « ressortir » des personnes qui ont commis des actes graves et qui sont susceptibles de recommencer ? 

Quand quelqu'un a été découpé en morceaux ou a reçu 150 coups de couteau, on pense d'abord qu'il s'agit de l'acte d'un malade mental.

Or, l'expérience montre que la plupart de ces crimes sont commis par des gens que je qualifie d'« ordinaires ».

Ni fous, ni pervers, ni psychopathes. Des personnes dépourvues de pathologie, alors qu'on voudrait penser qu'elles ressemblent à leur crime.

D'ailleurs, on interroge voisins, amis, témoins et tous tombent des nues. « C'était un bon père », « un bon voisin », « un bon mari », « tellement gentil », « tellement aimable »...

Le meurtre du prêtre illustre bien notre société permissive .Nous ,français, souffrons de cette France à la dérive .

Retour vers l’instinct primaire.Covid-19 : quel est le profil type des Français « antivax » ?

Une étude américaine publiée en octobre 2020, place toujours la France parmi les pays les plus réticents au vaccin contre le Covid-19.

Seulement 54 % de la population déclarent qu'elles se feraient vacciner – loin derrière l'Italie (65 %), le Canada (76 %), le Royaume-Uni (79 %) ou l'Inde (87 %).

L'âge se révèle un facteur clé. Plus les Français sont âgés, plus l'adhésion déclarée est élevée.

Les individus rejetant les institutions politiques sont également très défiants envers les institutions scientifiques et notamment le pseudo comité scientifique.

Ne faites pas l'impasse sur le pass sanitaire anticovid , il est trop tot pour mourir.

 

 

Brexit a la Lyonnaise …

Brexit a la Lyonnaise … de jeunes élus sont épris de liberté sans pour autant prendre en compte les besoins des habitants .

Leur nouveau monde consiste à renier avec mépris le travail de leurs ainés.

Cette nouvelle génération d’enfants gâtés dont le QI n’excède pas celui d’une huitre, nous mènent droit dans le mur..

Sortant d’une période de disette , l’argent public dont ils sont nourris leur offre une opportunité d’exister et de dépenser sans compter.

Un sujet à suivre … à la rentrée 2021.

Qui sont les ambassadeurs thématiques sans ambassade ? Combien coûtent-ils ? Comment sont-ils évalués ? Les rapporteurs spéciaux de la commission des finances du Sénat cherchent des réponses.

21 ambassadeurs thématiques sans ambassade a 180.000 euros par an, une charge annuelle de 3.780.000 euros pour un obscur travail selon un rapport sénatorial.

A comparer aux nouveaux esclaves légaux ;

Au nombre de 400.000, durant la pandémie elles ont bossés sans compter leur temps pour un salaire de misere ,ce sont les auxiliaires de vie sociale.

Elles interviennent au domicile des personnes âgées pour des salaires dépassant rarement les 900 euros, du fait du temps partiel et des fragmentations dans la journée de travail non payées.

 

 

En France ces criminels sains qui simulent la maladie mentale ou la folie et qui échappent à la prison.

Les personnes déclarées irresponsables en raison de troubles mentaux font l'objet, selon le stade auquel l'irresponsabilité est constatée, soit d'un non-lieu de la part du juge d'instruction, soit d'une décision d'acquittement ou de relaxe prononcée par la juridiction pénale.

Il peut même arriver que le parquet renonce à engager des poursuites contre un délinquant dont l'irresponsabilité ne fait a priori aucun doute et classe sans suite les procès-verbaux d'infraction.

Quelques années après ils sont dans la rue, libre de récidiver et ils récidivent .

Sanofi a raté son sprint, devancé dans cette course effrénée par la plupart des Big Pharma et biotechs.

Au mieux le vaccin Sanofi sera prêt pour la fin de l'année 2021. D'ici là des milliers de morts attendus par le manque de 200 millions de dose.

Leader mondial concernant les ventes de vaccins pédiatriques et grippaux et numéro trois tous vaccins confondus, Sanofi a raté son sprint, devancé dans cette course effrénée par la plupart des Big Pharma et biotechs.

Résultat : les deux vaccins sur lesquels travaille le groupe dirigé par le britannique Paul Hudson ne sont attendus que pour fin 2021.

Le plus avancé, celui à base de protéine recombinante mis au point avec le mastodonte britannique GSK et dont l’Union européenne a commandé 200 millions de doses, aurait dû être disponible à la fin du printemps sans une erreur de sous-dosage de l’antigène du vaccin.

OUI à une écologie raisonnée et responsable. NON à une écologie punitive et intégriste à la lyonnaise..

Blog l'Equipe .
.https://blog.lequipe.fr/histoire/25-juin-1947-lequipe-relance-le-tour-de-france/

Covid 19 …….Une partie des médias, et c’est sans doute le plus terrible, ne joue pas son rôle démocratique, bien au contraire. Certains se comportent comme les chiens de garde du pouvoir délégitimant tous ceux qui n’épousent pas le discours officiel.

Qu’il faille des mesures sanitaires, notamment les gestes barrières, est une évidence: il n’est pas question de laisser mourir quiconque de façon délibérée.

Et de souligner les conneries du docteur Axel Kahn, le 6 octobre sur France Culture, qui a même été jusqu’à se montrer admiratif de l’efficacité du modèle chinois. Pour lui « face à une pandémie, c’est un inconvénient d’être dans une démocratie et encore plus dans une démocratie contestataire ».

Et il continue à en parlant  dans les médias « L’arme absolue contre le virus, le confinement, le confinement complet, total, prolongé »

Pourquoi l’administration a-t-elle souvent rajouté une couche d’interdits absurdes aux recommandations déjà contestables des scientifiques comme l’interdiction de transporter des instruments de musique dans le Morbihan à cause de la Covid ?

Lyon et la Métropole, pour faire de l'écologie un repoussoir, une écologie punitive sur fond d'idéologie

Remaniement, Convention citoyenne, diplomatie… Le chef de l’Etat multiplie les chantiers comme pour esquiver les résultats du scrutin.

« Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire. » Le désormais illustre théorème de Pasqua, du nom de l’ancien ministre, pourrait très bien avoir traversé l'esprit d’Emmanuel Macron.

 La crise du siécle est un naufrage pour la France.

3 985 poursuites contre des élus locaux.

Copyright SMACL .

 La prise de conscience des enjeux écologiques par la population est actée, mais l'écologie punitive n'a pas d'avenir, d'autant plus si elle dissimule une idéologie progressiste favorable à la dissolution de l'occident dans un magma multi-ethnique qui n'aboutira qu'à l'instabilité sociale.

Ces élus EELV l'ont pourtant été sans cacher leurs intentions .

Colomb et Kimefeld  avec le concours de petits caporaux locaux , sur fonds de querelles, nous ont conduits dans le mur.Ca va se payer casch.

Ainsi fonctionne le grand jeu de dupe démocratique : un contrat biaisé entre le peuple et son représentant, perturbé par la manipulation médiatique, la démagogie des candidats, la dictature de l'image et des phrases choc, et surtout par la vacuité de nombre d'électeurs conditionnés pour ne plus voter que par des émotions.

A  Marseille, le nouveau maire veut désarmer les policiers municipaux, une mesure qui n'a d'écologique que le nom et n'améliorera pas la sécurité de l'une des villes les plus dangereuses de France.

…..

 

Si chaque habitant de la planète vivait comme un Lyonnais, il faudrait environ 3 planètes pour répondre de manière pérenne et soutenable aux besoins de l’humanité (Source : Observatoire métropolitain du développement durable, novembre 2018)

Remaniement, Convention citoyenne, diplomatie… Le chef de l’Etat multiplie les chantiers comme pour esquiver les résultats du scrutin.

« Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire. » Le désormais illustre théorème de Pasqua, du nom de l’ancien ministre, pourrait très bien avoir traversé l'esprit d’Emmanuel Macron.

 La crise du siécle est un naufrage pour la France.

Trois ans, quatre crises : Emmanuel Macron, le plus maudit des présidents

Jour après jour, la crise sanitaire du Coronavirus se transforme et devient une crise mondiale.

Plus qu’un virus, la crise du coronavirus est une expérience de décroissance et de démondialisation accélérée.

Le mouvement est d’une violence incroyable que l’on doit pouvoir comparer à une entrée en guerre.

Les frontières se referment, les personnes ne peuvent plus circuler librement, le couvre-feu est imposé .

Qui va payer la reconstruction ?

Bien évidemment, à situation de guerre, budget de guerre. On va mettre en œuvre un budget de guerre pour essayer de maintenir un semblant d’activité et pour reconstruire.

Mais qui va payer ? L’inflation monétaire ne va t’elle pas se traduire en inflation des biens et services ? Qui va prêter de l’argent au monde ? Les martiens ? Tout les pays du monde ne peuvent créer de l’argent en même temps, sans contrepartie. Il faut trouver un créancier ?

Qui sera ce créancier ? Je crains que ce soit vous, les épargnants. On va vous taxer votre patrimoine, vous spolier par l’impôt pour financer ce budget de reconstruction de guerre.

Les états sont déjà sur-endettés ; On ne va pas pouvoir mobiliser un budget de guerre sur la seule solvabilité de États.

 Les épargnants vont être mis à contribution de manière directe ou indirecte.

Drôle d’époque…les chefs d’états capitaines de navire ont perdus le cap, ils laissent les matelots écoper les fonds des cales de navire.

Chacun pour soit ……..

Des «gilets jaunes» au coronavirus, en passant par l'affaire Benalla et les retraites... Aucun prédécesseur du président, sous la Ve République, n'a affronté un tel continuum de contestations et d'épreuves pendant ses trois premières années à l'Élysée.

Emmanuel Macron l'avait pressenti, devant la pyramide du Louvre. «Ce ne sera pas tous les jours facile, je le sais. La tâche sera dure», concédait le plus jeune candidat élu président de la République, le 7 mai 2017. Mais ce soir-là, l'euphorie du triomphe, porté par un parti juvénile, emportait tout : «Ce que nous avons fait, depuis tant et tant de mois, n'a ni précédent, ni équivalent». «Ni précédent, ni équivalent»... Trois ans après, ce «jamais vu» a fini par devenir la loi de son quinquennat, heurté par des mouvements de contestation sans précédent et des épreuves historiques, des «gilets jaunes» à l'épidémie mondiale de coronavirus.

Il affirme qu’elle a comporté des « mécanismes de folie » et qu’en ayant fait une confiance aveugle aux médecins, il y a eu de la part du pouvoir un « abus d’autorité ».

Selon lui, « les gens se sont fait avoir par les médias, les médecins et le pouvoir ». Pour le philosophe, en ayant fait une confiance aveugle aux médecins ou à tout responsable médical, n« On les a tous considérés comme les « sachants ».

 Les politiques n’ont cessé de nous dire « nous nous remettons à ceux qui savent », et nous avons nous-même considéré qu’ils savaient » ,

« Or, les scientifiques les plus sérieux savaient qu’ils ne savaient rien », explique-t-il, pointant le fait que la médecine n’est « pas une science dure […] et que la bagarre domine entre les médecins ».os gouvernants ont fait preuve « d’abus d’autorité », estime-t-il.

Une atmosphère de terreur »

Bernard-Henri Lévy dénonce également les « arguments d’autorités insupportables » employés dans les médias par les responsables politiques et les autorités sanitaires. Le philosophe fait notamment allusion au décompte « terrifiant » des morts quotidiens. « Il y a eu une espèce d’atmosphère de terreur générale qui a été je crois une mauvaise action », regrette BHL. « Ce n’est pas comme ça qu’on affronte une pandémie », estime-t-il, justifiant ainsi le titre de son nouveau livre Ce virus qui rend fou.

Coronavirus : le confinement provoque une crise sociale mondiale. Le France n’est pas épargnée.

Partout à travers la planète, le confinement de plusieurs milliards de personnes est en train de provoquer un gigantesque choc social.

La première répercussion visible se trouve dans les soupes populaires et les banques alimentaires.

 Des millions de personnes qui vivaient sans réserve financière ont basculé en même temps, soudain sans ressources.

En France, aux Restos du cœur, « on voit arriver une population nouvelle debénéficiaires : des personnes hébergées dans les hôtels ou les centres sociaux, ou bien qui vivent dans des squats ou des bidonvilles », décrit Patrice Blanc, son président.